Le Leichttraktor

A la fin de la Première Guerre mondiale, l’Allemagne fut condamnée par le Traité de Versailles à détruire ou à livrer aux vainqueurs tous ses armements lourds existants et également à cesser toute recherche portant sur un quelconque matériel militaire, à l’exception bien entendu de l’équipement des forces de police et d’auto-défense. En ce sens, l’Allemagne fut autorisée par exemple à s’équiper d’auto-mitrailleuses en petit nombre. Les chefs de l’armée allemande étaient bien décidés à contourner autant que possible les limitations du Traité de Versailles, mais comme aucun projet de char ne pouvait être toléré, les études portèrent officiellement sur l’élaboration d’un tracteur agricole. Cela allait permettre le développement de véhicules militaires blindés: des chars et des canons automoteurs.

Cependant, la réalisation de prototypes restait impossible sur le territoire allemand, constamment sous la surveillance des commissions interalliées. Aussi les fabricants allemands installèrent-ils des filiales en pays neutres, la Hongrie et la Suède. Cela permettait aux Allemands de mettre leurs idées en pratique et le résultat des recherches était partagé avec les firmes locales; de plus, les armées hongroises et suédoises achetèrent les quelques prototypes produits. Le plus simple pour les Allemands, à la fois d’un point de vue technique et d’un point de vue financier, était de mettre au point un char léger et rapide qui pouvait être utilisé dans des unités de cavalerie propres à assurer la reconnaissance d’une part, l’exploitation des percées d’autre part. Ce projet fut désigné VK 31.

L’étude de ce nouveau véhicule, bientôt baptisé Leichttraktor, Leichter Traktor ou encore Kleiner Traktor (tracteur léger ou petit tracteur respectivement), fut lancée par la Reichswehr le 28 Mars 1928. Un appel d’offres fut lancé, et le cahier des charges spécifiait un véhicule de combat à chenilles d’un poids de 12 tonnes.  Très rapidement, le poids prévu fut revu et estimé à 7,5 tonnes, avec un blindage de 14 mm à l’avant , un équipage de 4 hommes (chef de char, conducteur, chargeur, radio), et un armement consistant en un canon semi-automatique de 37 mm avec une mitrailleuse co-axiale de 7,92 mm.  Le canon devait être le 3.7 cm Pak L/45 dont Rheinmetall venait de sortir les premiers exemplaires pour l’artillerie tractée. Le char devait aussi avoir une radio pour les communications vocales dans un rayon de 2-3 km et un télégraphe permettant de communiquer en morse jusqu’à 7 km. Il devait être étanche afin de pouvoir passer à gué les cours d’eau et aussi pour pouvoir isoler l’équipage d’une éventuelle attaque chimique. La vitesse devait être de 35 km/h sur route et de 20 km/h en tout-terrain.

Krupp et Rheinmetall (à l’époque pas encore fusionné avec Borsig, ce qui n’interviendra qu’en 1936) répondirent à l’appel d’offres et mirent au point des prototypes très similaires. Les ingénieurs de Rheinmetall se basèrent  sur une suspension à ressorts à lames de tracteur. Chaque côté était doté de 12 roues, protégées par des jupes latérales, avec trois ouvertures pour nettoyer la boue de la suspension. La coque était une combinaison de plaques soudées et rivetées d’acier blindé de 4 à 10 mm d’épaisseur. L’avant abritait la transmission et le moteur Daimler-Benz M36 six cylindres à essence refroidi par liquide, qui pouvait développer 100 CV de puissance. La partie centrale abritait le compartiment du chef de char, le conducteur étant assis sur le côté gauche sous un tourelleau rectangulaire comportant des fentes de vision. L’équipage était donc réduit à deux hommes au lieu de quatre initialement prévus.

Les ingénieurs Krupp n’avaient pas confiance dans les châssis des tracteurs et ont construit leur propre modèle. Le véhicule Krupp était légèrement plus long et plus haut, ce qui permit d’ajouter deux trappes sur le côté pour l’entrée et l’évacuation de l’équipage. Le char Krupp avait 6 petites roues de chaque côté, avec une suspension à ressorts hélicoïdaux. Rheinmetall était responsable de la conception des deux types de tourelles. Quatre prototypes furent construits entre 1929 et 1933 et coûtèrent moins de 50.000 Reichsmarks (soit environ 26.000,00 € de nos jours). Deux prototypes furent construits par Krupp et portèrent les numéros 37 et 38, et deux prototypes furent construits par Rheinmetall avec les numéros 39 et 40.

Les prototypes construits avaient un poids de 9,660 t (Krupp) et 9,880 t (Rheinmetall), une longueur de 4,35 m (Krupp) et 4,21 m (Rheinmetall), une largeur de 2,37 m (Krupp) et 2,26 m (Rheinmetall) et une hauteur de 2,35 m (Krupp) et 2,27 m (Rheinmetall). Les engins, ayant toujours une existence illégale, ne pouvaient être testés en Allemagne même. Cependant, les autorités allemandes avaient développé leur coopération avec l’Union Soviétique à la suite des accords de Rapallo signés en 1922, et les deux nations avaient renforcé leurs liens par un nouveau traité en 1924. En particulier, l’Oberstleutnant aus dem aktiven Dienst Wilhelm Malbrandt (lieutenant-colonel de réserve; âgé d’une cinquantaine d’années, il avait déjà quitté le service actif) avait été envoyé en Union Soviétique en 1926 pour trouver un site propice à l’établissement d’une école de chars et d’un terrain de manœuvre, utilisables conjointement par les deux nations. Malbrandt trouva une caserne d’artillerie désaffectée à Kazan qui convenait parfaitement et un camp fut bientôt installé à cet endroit. Il fut baptisé Kama, un acronyme formé avec les noms Kazan et Malbrandt. Les prototypes furent donc envoyés au camp Kama en 1933 pour être étudiés par une commission technique spéciale créée pour l’occasion et composée conjointement de spécialistes allemands et soviétiques. Les véhicules parcoururent chacun entre 1660 et 1865 km, et il apparut bientôt que, au moins dans les prototypes Rheinmetall, le chef de char et le conducteur se gênaient mutuellement à cause de l’exiguïté de la caisse. En particulier, il était presque impossible d’utiliser la mitrailleuse coaxiale tout en chargeant le canon.

Les spécialistes soviétiques décidèrent que ces véhicules n’étaient pas d’un grand intérêt pour l’Union soviétique. Toutefois, ils étudièrent la suspension, les tourelles (notamment l’installation d’une mitrailleuse coaxiale), ainsi que les radios des chars. Les spécialistes allemands, de leur côté, craignaient qu’une modernisation ne soit pas possible sans augmenter le poids et réduire encore la mobilité déjà insuffisante de ces chars, les rendant définitivement inutilisables.

Entre-temps, en 1932, 289 unités avaient été commandées, mais le projet fut annulé en faveur d’autres développements, tels que le Panzerkampfwagen I. Aucun autre véhicule ne fut produit. La coopération entre l’Union soviétique et l’Allemagne prit fin, KaMa fut fermé et les quatre Leichttraktors furent rapatriés en Allemagne et entreposés à Münster. De 1935 au début de la Seconde Guerre mondiale, ils prirent part aux grandes manœuvres destinées à tester le concept de Panzer-Division au terrain d’entraînement des troupes du camp de Münster (Truppenübungsplatz des Münsterslager). Les Leichttraktors furent ensuite transférés à la toute nouvelle école de tir des blindés de Putlos (Panzerschießschule Putlos), installée près de Oldenburg, entre Kiel et Lübeck dans le Holstein. Ils furent utilisés pour l’entrainement des équipages pendant plusieurs années encore, et furent continuellement modifiés afin d’expérimenter sur le terrain de nouvelles idées dans la conception des futurs chars légers.

Nous n’avons pas d’information portant sur le sort final des quatre prototypes de Leichttraktor qui ont été fabriqués; ils furent probablement ferraillés à la fin de la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>